Imprimer
Catégorie : Rapports différents exercices
Affichages : 766

Première alarme déclenchée par le propriétaire du chien ayant abouti chez les pompiers à 17h56, pour un chien perdu depuis trois jours dans le massif de la Dôle. Ceux-ci se 

déplacent de Lausanne et Bonmont mais ne peuvent qu'observer aux jumelles le chien errant dans la partie supérieure des 2/3 de la face côté Lausanne du massif.

La colonne est alarmée à 19h26 et vers 21h00 environ deux de ses membres sont à la gare de départ du téléphérique qui peut être desservi grâce à deux personnes de 

Skiyguide présentes.

Grâce à la localisation GPS du chien, nous apprenons que celui-ci est depuis 48 heures dans la face sud-est. La météo claire, par une lune quasi pleine, nous aide dans la 

lecture de la face. Le chien étant dans une zone largement à l'écart à droite de l'aplomb du câble du téléphérique (descente équipée de points d'ancrages) il est renoncé à

une montée en téléphérique et descente par le haut.

Une progression alpine, depuis le chalet de la Dôle, d'abord dans la neige puis sur une neige dure raide et en escalade rocheuse prend environ 45 minutes pour rejoindre le

chien situé en-dessus d'une barre rocheuse d'une petite dizaine de mètres. Le terrain étant instable et abrupt les piolets s'avèrent nécessaires, suite à un passage en mixte

l'animal est rejoint.

Avec quelques croquettes préalablement données par la propriétaire, nous pouvons attirer le chien et le caresser un moment constatant sa bonne forme malgré les cir-

constances.

La zone étant clairsemée d'herbage, de neige très peu profonde et de caillasse sans fissure ni proéminence, donc sans aucune possibilité d'ancrage valable mis à part le 

piolet planté dans la terre gelée, il est impossible de faire descendre la bête au moyen d'une corde.

Au vu de son poids et de son excitation à tournoyer autour de nous dans des pentes raides, il nous semble impossible de le faire descendre avec nous dans les parties rai-

des et rocheuses. Le chien nous suivait de quelques mètres mais au risque de faire une glissade lorsqu'il choisissait les pentes enneigées. Le vent s'étant levé il est décidé

de redescendre pour notre part, descente délicate dans ce terrain.

Nous avons laissé les quelques croquettes avant de disparaître dans la barre rocheuse et la nuit sous le regard de ses yeux brillants à la lueur de nos frontales et de ses

tristes aboiements.

Après discussion avec les propriétaires durant laquelle la bonne santé de leur chien et l'impossibilité de le faire descendre par un cheminement aisé sont évoquées, déci-

sion est prise de reconsidérer la situation le dimanche matin.

Le dimanche matin, les pompiers apprennent que le chien est descendu par ses propres moyens jusqu'à la gare de départ du téléphérique de la Dôle. Sa propriétaire peut

le récupérer dans la matinée. 4 Photos sont à voir dans galerie photos

Philippe Bichsel